L’histoire

NOUVEAU CENTENAIRE est le résultat d’une longue lutte de ses habitants pour être relogés dignement et dans le respect de leur mode de vie collectif et solidaire.

1980 – 1995 : NOUVELLE FRANCE

Suite à la démolition pour insalubrité du foyer Léon Gaumont, situé à la Porte de Montreuil en 1980, 200 sur les 600 travailleurs migrants de ce foyer négocient d’être relogés dans le nouveau qui sera reconstruit au même endroit. Pour la durée des travaux, il est prévu qu’ils soient hébergés provisoirement dans des baraquements en préfabriqué, sur un terrain vague dans le haut Montreuil, rue de la Nouvelle France.

Foyer Nouvelle France_ photo Vincent LEONFoyer Nouvelle France_ photo Vincent LEON

Manifestation_Photo Olivier AUBERT_reproduction interdite sans autorisation préalable_http://aubertolivier.org1984 – rupture de l’accord

Mais la nouvelle municipalité élue à Montreuil arrête les travaux engagés. Des propositions de relogements sont faites sans concertation préalable, dans des appartements éparpillés en Ile de France, avec des espaces qui ne sont pas adaptés à l’usage collectif des résidents, jugés chers et lointains. Les relogements sont refusés massivement. Les Algeco de la rue de la Nouvelle France, installés pour une durée de vie prévisionnelle de 2 ans, continuent donc d’héberger les locataires pendant 15 ans.

1995 – expulsion

Après 15 ans dans les préfabriqués de Nouvelle France, le Préfet prend un arrêté d’insalubrité interdisant l’habitat et le site est évacué par 200 CRS un matin de mars 1995.
Expulsion Foyer Nouvelle France_Photo Olivier AUBERT_reproduction interdite sans autorisation préalable_http://aubertolivier.orgExpulsion-Nouvelle-France_Photo Olivier AUBERT_reproduction interdite sans autorisation préalable_http://aubertolivier.org

1996-2015 : CENTENAIRE

Les 200 résidents de « Nouvelle France » errent pendant un an avant de décider d’occuper un bâtiment industriel désaffecté situé 5 rue du Centenaire à Montreuil. Le propriétaire régularise rapidement la situation sous la forme d’un bail précaire, via l’association créée par les occupants. Une organisation rigoureuse maintient depuis presque 20 ans un minimum de décence dans un habitat extrêmement précaire.

Foyer Rue du Centenaire_ façadeFoyer Rue du Centenaire_ salle polyvalente-usage restauration en journée et dortoir 80 lits pliants la nuitFoyer Rue du Centenaire_ barFoyer Rue du Centenaire_une des 16 chambres avec lits fixes

2008 –  Un dialogue enfin possible

Cérémonie pose premiere pierre - photo Gilles DELBOSDominique Voynet, nouvellement élue Maire de Montreuil, s’engage à mettre en œuvre une solution à la « situation indigne » des résidents du foyer informel Centenaire.

Approuvée par la Préfecture de la Seine-Saint-Denis qui juge la situation légitime, un diagnostic complet du foyer est engagé. C’est sur les conclusions de ce diagnostic que la Préfecture, la Région Île de France, la Ville de Montreuil, en association avec l’Office Public d’Habitat Montreuillois, maître d’ouvrage, ont décidé de mener à bien le projet de construction d’un nouveau foyer sous le statut de résidence sociale, qui sera gérée avec les futurs résidents.

2010 – Démarrage du projet

Le travail s’engage avec l’OPHM, l’architecte, Pour Loger et les résidents pour construire le projet architectural et le projet social de la nouvelle résidence. Le nombre et le type de logements, la mixité des espaces privatifs et collectifs, les circulations et les usages, les matériaux et les volumes, le choix du mobilier et des équipements ; la formulation de la cogestion envisagée, le fonctionnement et la répartition des rôles, l’organisation interne, sont des éléments qui sont tous le fruit de la concertation avec les résidents.

Première visite chantier septembre 2014

2015 – Achèvement des travaux

Le 19 avril 2013 les choses commencent à prendre une tournure concrète avec la cérémonie de la pose de la première pierre. La première visite de chantier en septembre 2014 renforce l’idée que les espérances sont enfin fondées.

En mars 2015, la visite de l’appartement témoin propose des choix de finition et de couleurs. Dans ce même temps des financements sont recherchés pour l’ameublement et l’équipement de la résidence et le déménagement se prépare.

visite chantier mars 2015 visite chantier mars 2015 visite chantier mars 2015 visite chantier mars 2015

Le bâtiment est livré en décembre 2015. Le travail consiste ensuite à mettre en place la cogestion, qui est, avec l’habitat collectif, un des deux piliers du projet.